Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Colação de grau

par Lise&Gautier 18 Octobre 2014, 20:40 Brésil Rio

10 jours entre la cérémonie et la rédaction de cet article n'auront pas été de trop: il m'a fallu me remettre avant de pouvoir trouver mes mots.

La pression maternelle a été si forte que vous aurez droit à tous les détails:

 

Tout commence... en retard bien sûr! J'arrive avec 15 minutes de retard dans la salle réservée pour l'occasion. Je n'y retrouve qu'une dizaine de futurs diplômés et je ne vois quasiment aucun membre de l'organisation. Pas de quoi s'inquiéter, ce n'est qu'une rémise des diplômes finalement.

On patiente un peu et voilà l'heure de revêtir ma robe. L'organisation est bien rodée: la robe, le ruban et la toque sont prêtés par l'Université et du personnel est là pour nous vêtir de la tête au pied. S'ensuit une véritable séance photo individuelle, sous tous les angles et toutes les postures: normal, studieux assis dans un fauteuil en bois, vainqueur avec un faux diplôme en main etc, etc... J'abrège le show, au grand damne des photographes.

 

Puis je patiente à nouveau. Il faut imaginer l'ambiance: tous les futurs diplômés sont accompagnés par leur famille enorgueuillie dans ce moment si intense ^^. Sauf moi, et je ne connais que très peu des étudiants; en tant qu'étranger on n'est pas affecté à une promo en particulier. Mais je ne me suis pas ennuyé, ne vous inquiétez pas! L'atmosphère à elle seule m'a gardé attentif: les photos fusent, les sourires sont magnifiques, les postures parfaites, les familles soudées. Il faut immortiliser une 1ère fois l'événement.

 

Le moment de se regrouper pour faire notre entrée dans la salle arrive. On a droit à quelques conseils pratiques dont l'indispensable: soulevez votre robe quand vous marchez (on n'est pas tous habitués)! C'est aussi un dernier coup de stress, je trouve enfin le responsable pour confirmer ma procuration pour Lise avant de me reglisser dans la file tout en confiant mon appareil photo à une amie à peine arrivée.

Et me voilà prêt à faire mon entrée. Un à un, au rythme d'une musique entrainante, nous traversons l'assemblée avant d'être placés sur l'estrade. J'atterris au 1er rang.

Colação de grauColação de grau

Le Directeur ouvre la cérémonie et précise, qu'étant en présence d'un étudiant français (oui, c'est bien moi), nous aurons droit à l'hymne brésilien mais aussi à l'hymne français. Il demande, et sur le moment je me dis qu'il prend bien des précautions, de rester attentif et solennel jusqu'à la fin. On se tourne alors vers les drapeaux avant d'entamer l'hymne brésilien. Je note alors la présence du drapeau français. Incroyable!

Pris d'un sentiment patriotique quasiment obligatoire après toutes ces marques d'attention, je fredonne la Marseillaise. La caméra me trouve et reste sur moi. Seul hic, ils ont passé la Marseillaise en entier, pas uniquement la 1ère partie que l'on connait tous. Me voilà donc lèvres figées. Et c'est long, très long, il y a un sacré paquet de parties dans cet hymne... J'ai le temps de reconsidérer la demande du Directeur de rester attentif jusqu'au bout. Une fois terminé je m'excuse auprès de mes voisins et leur explique un peu gêné que "d'habitude on ne chante que la 1ère partie"...

Colação de grau

J'entends alors mon nom, me lève surpris: Gautier c'est loin d'être le 1er prénom dans l'ordre alphabétique! Heureusement, un 2ème étudiant est appelé. Poignées de main, félicitations, nous avons la meilleure moyenne de la promo et le droit à une petite plaque commémoratrice.

 

Petite pause dans le récit des événements. Je tiens modérer ce "titre" de major. Il est en effet beaucoup plus facile pour un étranger d'obtenir une très bonne moyenne: nous ne faisons qu'un an et demi d'études au Brésil (contrairement aux 5 ans pour les Brésiliens) et, en plus, nous choisissons nos cours (si certains sont durs, le fait de les avoir choisis garantit une motivation qui aide à avoir de bons résultats). Pas de fausse modestie, je vous avoue que quand Lise m'a confirmé ça, j'aurais bien aimé qu'elle me dise plutôt que je l'avais bien mérité!

Heureusement je partage le titre avec un autre, ça me donne l'impression de ne pas l'avoir volé. Et ça va surtout m'aider pour la suite.

 

En effet, le privilège ne s'arrête pas à la plaque et au diplôme reçu en premier.

Traditionnellement, le major prononce le serment au pupitre avant d'être suivi par toute la promo. (Désolé, je n'ai pas retrouvé le texte; il y est question d'éthique, respect de l'homme mais aussi de la nature.) On se dirige alors au pupitre. Je négocie rapidement avec mon comparse qu'il garde intégralement le micro pour lui. Imaginez un bel accent français pour la lecture du serment! Je n'avais pas peaufiné la prononciation du texte, qui d'ailleurs m'était inconnu. Bien sûr une feuille nous aide, nous lisons, mais j'ai au moins buté sur le verbe "põe" que mon comparse prononça, quant à lui, à merveille!

Le Directeur et son adjointe nous pose solennellement la toque sur la tête; ça y est, toute la promo peut alors faire de même. Et je peux enfin retourner m'assoir!

Colação de grauColação de grauColação de grau

Les noms s'enchainent, un par un les élèves ingénieurs deviennent ingénieurs, sous les applaudissements et parfois les banderoles et cotillons venus du public. Je refais un tour de serrage de mains pour récupérer le diplôme de Lise. Je découvre alors des collègues venus me soutenir, un peu tard, mais ça fait plaisir!

Colação de grau

Après quelques (longs) discours, la cérémonie est clôturée. On jette tous nos toques. Enfin la plupart fait semblant de la jeter: il faut la rendre ensuite! On se retrouve 4 ou 5 pelés à rechercher nos toques dans la multitude...

 

Il me faudra quelques heures pour me remettre de cette cérémonie. Convaincu que j'allais m'ennuyer, je m'étais préparé à passer une longue soirée. Mais je dois bien avouer qu'ils m'ont bien épaté et pris au dépourvu!

 

Je laisse le soin à Lise de vivre pour nous deux la remise des diplômes côté français.

Colação de grauColação de grau
Colação de grau

commentaires

Natacha 04/12/2014 15:41

Woaw, j'en ai eu des frissons en lisant ! Sacrés Brésiliens! C'est beau, on peut dire qu'ils savent acceuillir et mettre à l'honneur ! Très contente pour Lise et toi en tout cas ! Une page de folie se tourne, mais pas question d'entrer dans la monotonie du train train "métro, boulot, dodo" hein ! On vous souhaite plein de belles choses pour la suite ... Schmoutz !

Ah, j'ai failli oublier... Félicitations à toi Gautier !!

etienne 23/10/2014 17:34

c'est un baton de maréchal que tu as dans la main?

Haut de page